Conseils pour une journée réussie


Généralités

Pour les amateurs de conduite sportive, rouler sur circuit permet de se faire plaisir dans des conditions et un cadre adaptés, contrairement au réseau routier dont ce n'est évidement pas la vocation. En effet sur circuit, vous pourrez rouler à une allure élevée et progresser dans la maitrise de votre auto.
Attention, il ne s'agit pas d'un défouloir où tout est autorisé. Conduire sur circuit reste une activité à risque et il convient de respecter les règles.

Le coût

Le coût d'une journée circuit est très variable. Voici des ordres de grandeur :
- inscription : entre 100 et 300 €, selon les circuits et les organisateurs
- carburant : vous consommerez entre 2 et 3 fois plus que sur route, pour 100 à 300 km dans la journée, soit entre 30 et 100 €
- pneus : variable selon votre auto et selon votre rythme, un train de pneus permettra de faire entre 5 et 15 journeés (entre 50 et 150 €)
- plaquettes de freins : variable selon votre auto et selon votre rythme, un jeu de de plaquettes permettra de faire entre 3 et 10 journeés (entre 30 et 50 €)
- usure générale, réparations et entretien : ce poste est le plus difficile à estimer. Par expérience, pour une dizaine de journées circuit par an, le surcoût ramené à la journée se situe entre 100 et 300 €
- déplacement : à moins d'habiter à côté du circuit, il faut compter le coût du trajet (carburant, péage, usure du véhicule...), l'hébergement et les repas (entre 30 et 150 €)
En résumé, le coût réel d'une journée circuit se situe en moyenne entre 500 et 1000 €.

Choisir une journée

Choisissez un circuit adapté à votre voiture. Votre Bugatti Veyron sera plus à l'aise sur un circuit F1 que sur un circuit école.
Le choix de l'organisateur est primordial si vous ne voulez pas prendre le risque de transformer votre journée en catastrophe.
Choisissez une structure sérieuse et expérimentée, quitte à payer un peu plus cher. Beaucoup d'organisateurs sont des passionnés très sympas qui pensent bien faire mais ils n'ont pas tous conscience des risques qu'ils prennent et de ceux qu'ils font prendre aux participants, sans parler des aspects règlementaires qui sont souvent totalement oubliés.
Assurez vous que l'organisateur propose un briefing (la plupart des organisateurs le font, avec plus ou moins de sérieux). Si le risque zéro n'existe pas, il est possible de le réduire fortement en respectant des consignes claires et précises.
Toutes les assurances ne couvrent pas le roulage sur circuit, en cas de doute, demandez à l'organisateur s'il propose une assurance responsabilité civile, qui vous couvre en cas de dommages corporel à un tiers, voire une assurance individuelle complémentaire couvrant le conducteur.
Si vous souhaitez apprendre et progresser dans votre pilotage, choisissez une journée avec coaching par un moniteur diplômé (il s'agit souvent de pilotes professionnels).
Le roulage peut être libre ou en sessions. L'avantage des sessions (en moyenne 2 ou 3 groupes qui alternent toutes les 20 ou 30 minutes) est de rouler avec des autos de performances homogènes. Le roulage libre permet de prendre la piste quand on veut, sous réserve que le nombre de voitures maximum ne soit pas atteint sur la piste.
Enfin, renseignez-vous sur le type de voitures présentes pour ne pas vous retrouver en R5 GT turbo au milieu d'un plateau de Ferrari, Lamborghini et Aston Martin.

Le pilote (vous)

Avant tout, restez humble. Il s'agit de se faire plaisir, pas de compétition.
L'équipement minimum est le casque (un casque de moto conviendra parfaitement, mais pas un casque de VTT !).
Soyez en forme, vous allez avoir besoin de toute votre attention, prévoyez d'arriver la veille si vous avez un long trajet jusqu'au circuit).
Arrivez à l'heure pour le briefing.
N'oubliez pas que le principal facteur de risque, c'est vous ! N'essayez pas d'en faire trop, ménagez vous des pauses dans la journée, profitez en pour partager votre passion avec les autres participants. Attention au début d'après midi où on a souvent tendance à se sentir en confiance, parfois trop, ainsi qu'à la fin de journée où la fatigue pointe. Ne prenez pas le risque de faire le tour de trop !

Votre auto

Même si on y voit plus de Porsche que d'AX diesel, les journées circuit sont en général ouvertes à toutes les autos en bon état.
Votre auto doit être bien entretenue, en particulier au niveau des pneus et des freins. Les plaquettes ne doivent pas être usées à plus de 50% et le liquide de frein doit avoir été changé récemment (choisissez de préférence du liquide spécial haute température). Les pneus doivent également être en bon état.

Avant de prendre la piste

Vos anneaux de remorquage doivent être en place (au moins un) et vos rétroviseurs bien réglés. Aucun objet ne doit trainer dans l'habitacle. Votre position de conduite doit être bonne, vous devez être casqué (sangle du casque attachée) et votre ceinture attachée, de même pour votre passager. S'il fait trop chaud, vous pouvez entrouvrir les vitres (maximum 3 à 4 cm).

Sur la piste

La plupart des organisateurs disposent de commissaires pour vous informer sur la piste :
Drapeau jaune : il y a un incident sur la piste, baissez votre rythme et soyez prudent
Drapeau rouge : une intervention est nécessaire sur la piste, rentrez au stand immédiatement (mais prudemment !)
Drapeau noir : un problème a été constaté sur votre voiture ou avec votre comportement, rentrez au stand immédiatement (mais prudemment !)
Drapeau à damiers : Fin de la session, ralentissez pour refroidir la mécanique et rentrez au stand.
La gestion des dépassements est un point crucial pour que la journée se passe bien. Soyez prudent aussi bien si vous dépassez que si vous vous faites dépasser. Respectez les consignes de l'organisateur.
Sachez vous arrêter au moindre signe : bruit suspect de votre auto, pédale de frein molle pour cause de surchauffe des freins, inattention et fatigue du pilote...
Avant de rentrer au stand, faites un tour de refroidissement (sauf drapeau rouge ou noir), en étant encore plus attentif aux rétroviseurs.

Après la piste

Inspectez votre voiture (usure et pression des pneus et état des plaquettes de frein).

Le retour

La route n'est pas un circuit ! mais en principe vous devriez avoir fait le plein de sensations et avoir moins envie de rouler vite sur la route du retour.